A robot equipped with cameras in the head

La conscience de soi permet d’être « à côté » de sa vie pendant qu’on la vit – la perspective de la troisième personne. Cela a en outre des implications nombreuses et complexes sur nos processus décisionnels.
Selon la personne, certaines décisions sont fondées sur des objectifs à long terme : « Où est-ce que je veux être dans cinq ans ?
C’est la capacité de converser avec une « voix intérieure », la troisième personne, qui permet à des personnes d’une élégance adéquate d’avoir une caractéristique unique et puissante pour la prise de décision et la planification.

Fournir à une machine un tel sens du lieu et du temps avec le stock de recherche disponible est pour le moins une énigme, même pour les profanes réfléchis. Mais c’est l’essence de la vie, la quintessence de l’autonomie que même un insecte possède. La planification et l’anticipation sont au cœur de ce que c’est que d’être en vie – la force motrice de toute vie, qu’elle se reproduise ou, plus complexe encore, qu’elle devienne le prochain président.

Une simple action de planification comme « Je pense que le calme règnera à l’aéroport mercredi prochain, je vais réserver mon vol » est née à cause des émotions et de la conscience : émotions dues aux sentiments désagréables associés à la présence de grandes foules et d’avions surréservés ; anticipation résultant d’un ensemble d’expériences perceptives passées (conscience). Cette dernière est une ramification du raisonnement inductif.

Mais même si les programmes doivent surmonter les problèmes de prise de décision, donnant une apparence d’autonomie, sans conscience ni émotions, les ordinateurs manquent de compréhension et de sens de soi, manquant ainsi des capacités nécessaires à une pensée intelligente.
Ils sont mis en cause comme étant de simples imposteurs vides qui ne comprennent rien. Bien qu’ils satisfassent à certains des paramètres, ils ne répondent pas à la définition la plus élémentaire de l’intelligence humaine.

Les programmeurs affinent et mélangent les systèmes logiques de l’IA et de la philosophie pour créer des programmes plus puissants. Actuellement, aucun système logique n’est assez puissant pour modéliser suffisamment le raisonnement humain ou créer un robot pratique et totalement autonome.
Bien que l’IA soit bien au-delà du circuit de Turing, il reste beaucoup à faire pour que des robots totalement autonomes puissent émerger de leur longue rubrique de théorie et de tests.
Le projet Blue Brain d’IBM est une tentative de mieux modéliser le pouvoir de raisonnement de l’esprit humain.

Selon le site officiel du projet, « En utilisant l’énorme capacité de calcul du eServer Blue Gene d’IBM, les chercheurs d’IBM et de l’EPFL (Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne) pourront créer un modèle détaillé des circuits du néocortex – la partie la plus grande et la plus complexe du cerveau humain ».

Grâce à un modèle informatique tridimensionnel complet du cerveau humain, il sera possible de mieux comprendre les processus qui sous-tendent la pensée – une contribution importante à la recherche sur l’IA. Il pourrait également donner naissance à des cerveaux positroniques chez les robots, bien que cela soit ambitieux. Dans certaines sociétés de pensée, les cerveaux positroniques pourraient donner naissance à la conscience.
Les chercheurs du Massachusetts Institute of Technology ont pris un ange de l’évolution en 1997, en modelant leur robot KISMET sur un enfant. KISMET était unique en ce sens qu’il s’agissait d’un robot réticent, autonome et anthropomorphe destiné à interagir émotionnellement avec les humains. C’était un début.
Le résultat de la pléthore d’évolution du robot a été bien couvert tout au long de l’EXPO à Aichi, au Japon. Il a donné lieu à une généreuse démonstration de robots allant des robots de garde d’enfants à ceux qui peignent des portraits. Avec 63 prototypes présentés, il semblait y avoir des robots pour tout.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here